Tu m'avais dit que je pourrais me confier

Et que sans la moindre offense

Tu saurais écouter

Mon cœur et sa souffrance

Permet- moi donc ainsi d'épancher

Le flot de mes questions, de mes errances

Et  tente si tu peux d'apaiser

Mon âme saisie d'une transe

 

Nul ne me connaît mieux que toi

Et malgré tout je garde foi

Que nous soyons à vie liés

Ne serais ce que par cette amitié

 

Je t'ai donné mais n'ose demander

J'ai besoin d'un guide connaissant ces contrées

Ou souvent s'égard la pensée

J'ai besoin de quelqu'un pour m'aider

Pour me dire que tout ceci n'est pas vrai

Rien qu'un mauvais rêve éveillé

 

A quel moment ai-je décroché ?

Comment cela a-t-il pu arriver ?