J'ai essayé de comprendre le poème du vent
Mais pour apprendre il faudrait être vivant;
Que faire alors que je n'entend plus mon coeur
Quand on est mort le temps est toujours vainqueur.

C'est que mon âme ignore qu'elle est spectre
La nuit condamne, la solitude est son sceptre;
Tand de fois j'ai voulu m'enfuir de ce lieu
Mais tu es ma croix, la douleur est mon Dieu!

Lorsque l'on se noie, rien n'a plus de sens
Et l'eau que l'on boie a le gout de l'absence
Les jours sont des vagues emportant nos espoirs
Vers le néant où divague le druide des soirs.

Quand le miroir se brise, le monde s'effondre
Et le coeur réalise que l'abîme ne peut répondre;
Les nuits sont des tombes portant mon drapeau
Où parfois tombe le chant maudit d'un corbeau.

Hélas si je crie, c'est parce que je n'ai plus d'armes
L'homme qui prie a déjà versé toutes ses larmes;
Si j'appelle le gouffre et je regarde en bas
C'est que je souffre, je meurs quand tu n'es pas là!